Mairie de Puylaroque
1, place de la Libération
82240 Puylaroque
05.63.64.90.61

Accueil /Puylaroque / Un peu d'histoire


Puylaroque

    Puylaroque « Pella Roca en occitan » est un ancien village fortifié.

   La plus vieilles traces est apparue en l'année 940 lorsque le nom de Puylaroque fût cité dans le testament d’un religieux.

   C’est après la prise et la destruction en 1209 de Puylaroque par les croisés que le village se construit et se développe. Entre 1360 et 1369 le Quercy est  aux anglais. En 1483 la peste est au village.

   Pendant les guerres de religion le village est successivement aux catholiques puis aux protestants. En 1648 avait été dressé le premier cadastre du village et l’église St Jacques devient paroisse. La seigneurie est érigée en marquisat en 1682. 

   En 1808, Puylaroque, qui est alors dans le Lot, passe dans le Tarn-et-Garonne qui vient d’être créé. Entre 1865 et 1880, le village compte 1800 habitants. 

   Après s’être dépeuplé, Puylaroque accueille maintenant une population jeune et dynamique, confiante en l’avenir du village.

Fontaine route de Caussade
Fontaine route de Caussade
Fontaine
Fontaine
Fontaine
Fontaine
La Mairie
La Mairie
Champ, vue de Puylaroque
Champ, vue de Puylaroque
Marché de paille
Marché de paille

PODIUM RUPIS à l'époque Romaine, PELLA ROCA au Moyen Age et encore en Occitan, PUYLAROQUE garde aujourd'hui des témoignages de son passé : rues étroites, ruelles sombres, vieilles maisons à encorbellement et à colombages, sculptures sur les façades. Les traces des 14ème, 15ème et 16ème siècles sont nombreuses.

Visite guidée

Lien vers "Découvrir Puylaroque" PDF à imprimer

   Situé sur un mamelon calcaire, le site de PUYLAROQUE est habité depuis le moyen âge. Les romains nous ont laissé quelques voies pour traces de leur passage. C’est aux alentours du XIIIe siècle que la ville prit de l'importance, après le passage de la croisade contre les « Albigeois » en 1209. La chapelle et presque toutes les maisons furent brulées durant cette évènement. Mais Puylaroque ce reconstruit rapidement ce qui montre l’importance du lieu.

   Au départ de la Mairie, dos au bâtiment, vous prenez la rue à gauche, et passez devant la médiathèque et le jardin d'enfants. Face au jardin, dans le renfoncement (1), regardez sur le mur à droite les ouvertures en forme de larmes, ce sont des canonnières qui défendaient les murs fortifiés du XIVe siècle. Prenez la rampe qui monte à droite de la route. ? mi pente (2), sur le mur de la maison, voyez une croix de Malte qui y est sculptée. C’est une pierre de réemploi récente mais les notables de Puylaroque ont eu des relations avec cette ordre, présent dans la région.
 
   Vous voyez un important bâtiment (3). On pense qu'aux XV° c’était un couvent « hors cadre » ; aux XVI° siècles s’y trouvaient la Charité et l'Hôpital, dont l'existence est attestée par des legs et dons. Les anneaux scellés près des fenêtres et les corbeaux de pierre se trouvant en dessous recevaient des hampes de bois destinées à soutenir oriflammes, bannières, etc. installés là lors des fêtes.
Les maisons voisines sont aussi médiévales (4). Dans ces maisons à arcades, les échoppes et activités professionnelles étaient au rez-de-chaussée, les habitations à l'étage.                     Toutes ces maisons possédaient des caves, ceci est attesté par le cadastre de 1647 qui se trouve dans les archives municipales.

   En continuant vous arrivez rue du Barry (5) (« Barri » signifie faubourg) où de jolies maisons à colombages et encorbellements ont été restaurées avec goût.

   Prenez l'escalier à droite, il vous mène à la Place du Château. Sur la place (6), un petit dôme de pierre recouvre l'entrée de cavités souterraines non aménagées. Sur cette place se trouvait une tour (castrum : château, tour, fortifications…) figurant sur les plans du village jusqu'au début du XIX° siècle. Elle fut rasée entre 1830 et 1837.

   En remontant vers l'église, vous verrez une autre maison à arcades ogivales (7). Elle daterait du XIIIe ou XIVe siècle et est construite sur une cave profonde. ? l'étage, elle possède une splendide cheminée.

   Vous arrivez sur la Place de la Citadelle (8). Ce monument daterait du XIV° siècle ; il est construit sur deux salles souterraines voûtées et superposées dont l'accès est dangereux. Sous la place existent également des salles souterraines, elles sont à nettoyer et leur accès à sécuriser.
                               
   L'église Saint Jacques (9) a été construite aux XIII siècles, sur les fondations de la chapelle incendiée par les croisés en 1209. En faisant face à L’église vous remarquez une chapelle qui fait une saillie sur le côté gauche. Elle fut construite au XIV" siècle par Monseigneur de Carit, natif de Puylaroque.

   Continuez le tour du village par la rue du Béral. Regardez dans les petites rues latérales, c’est encore le vieux village : veilles maisons, rues empierrées. Voyez les vieilles maisons à colombages et à encorbellements.
   Les rues de l'est étalent celles des nobles, des notables.   Avocats, notaires, négociants, y avaient leurs études et leurs magasins. Les rues de l'ouest accueillaient les tanneurs, cordonniers, tailleurs, artisans et tout le petit peuple de la ville.

   Arrivé au bas de la rue de Béral, rejoignez la rue de la république.  Sur votre droite vous voyez une maison gothique à arcades qui présente une belle façade restaurée (10). Cette maison classée se nomme la maison des gardes elle a été construite sur le même modèle que les maisons de Cordes. Sous cette maison, il y a aussi deux superbes salles voûtées superposées. Beaucoup de maisons du village communiquaient entre elles, par les étages ou par des passages souterrains. D’où, les mythes de souterrains allant du village à des Lieux éloignés.                          
                            
   PUYLAROQUE a eu jusqu'à 2400 habitants en 1846. Après s'être   fortement dépeuplé, le village voit venir de nouveaux habitants attirés par le charme de la région.

Texte : J. Meunier et R. Roques

 
 
  • Sous la neige
  • Photo prise du château d'eau
  • La nuit
  • Orage
  • Photo prise du Flamens

Vers le haut

  • Fenêtre Romane 12ème
  • Fenêtre ogivale Gothique 14ème
  • Fenêtre ogivale Gothique 13ème
  • Fenêtre à meneaux
  • Fenêtre ogivale Gothique 13ème
  • Fenêtre fin 18ème

Quelques types de fenêtres qu'on peut voir dans le Tarn et Garonne.

Il faut lever les yeux pour apprécier les vestiges du passé...........

Les fenêtres ogivales
Les fenêtres ogivales
Le couvent
Le couvent